Le Bouddhisme

Le bouddhisme c'est quoi ?

Le bouddhisme c'est quoi ?


 

Le bouddhisme est une religion, une philosophie ou une pratique basée sur la méditation. Il a été fondé par Siddharta Gautama, plus connu sous le nom de Bouddha, et concerne aujourd'hui plusieurs centaines de millions de personnes (entre 230 millions et 500 millions.

 

Origine du bouddhisme

 

Origine du bouddhisme

 

Le bouddhisme est né des expériences et réflexions de Siddhartha Gautama, un prince indien du VIe siècle av. J.-C.. Après avoir mené la vie agréable de l'aristocratie indienne, à 29 ans il change d'attitude et fait une série d'expériences qui devraient le mener au Nirvana. Par la suite, il convainc de nombreuses personnes de se joindre à sa philosophie, si bien qu'à sa mort, elle a déjà beaucoup d'adeptes : le bouddhisme est né. Bouddha meurt vers -480.

 

Essor (-525 — 800)

 

Après la mort de Bouddha, la philosophie bouddhiste se répand en Inde du nord-est. La philosophie bouddhiste se transmet avant tout oralement, depuis -525, date à laquelle Bouddha prononce un discours dans lequel il transmet les Quatre Nobles Vérités à ses cinq premiers disciples. Les textes sur le sujet du bouddhisme, appelés Tipitaka, sont rares et peu fiables ; c'est pourquoi on sait peu de choses du bouddhisme à cette époque-là.

 

Déclin et évolution (600 — aujourd'hui)

 

En Inde, où il a été fondé, le bouddhisme est victime, aux VIIe et VIIIe siècles (entre 600 et 800), des plaintes des brahmanes, les hommes cultivés du pays, qui n'acceptent pas cette religion ; cet évènement amorce le déclin du bouddhisme en Inde (aujourd'hui, l'Inde a 80,7 % de pratiquants hindouistes, et seulement 0,6 % de bouddhistes). Au IXe siècle (entre 800 et 900), la Chine connaît des troubles graves pendants lesquels des endroits sacrés sont détruits ; l'empereur Wuzong interdit la pratique de cultes étrangers, dont le bouddhisme, en 845. Au XIIe siècle (entre 1100 et 1200), l'Islam atteint l'Asie ; c'est la disparition du bouddhisme dans la majeure partie du territoire.

Jeunes moines bouddhistes recevant des aumônes de la part des fidèles.

Mais cet apparent déclin permet au bouddhisme de se renouveler, d'évoluer et d'atteindre de nouveaux pays. Par exemple, au XIIe siècle (entre 1100 et 1200), au Japon, il a connu des modifications qui ont fait de lui une religion répandue dans le pays.

Entre 1357 et 1419, vit le moine Lobsang Dragpa. Il devient une personnalité historique importante pour le bouddhisme car il défend la vie monastique mais conseille aussi une éducation des jeunes dans tous les domaines.

En 1870, l'empereur du Japon fait d'une religion, issue du bouddhisme, sa religion officielle.

Malgré les troubles qu'il a connus, le bouddhisme est resté ancré dans les territoires qu'il a conquis, car il propose un enseignement pratique-, tolérant et pas contraignant, et constitue une philosophie qui répond à sa façon aux grandes questions, comme celle du rôle de l'homme sur la Terre.

Au XXe siècle (entre 1900 et 2000), il est présent un peu partout en Asie, sous différentes formes. Il réapparait en Chine, malgré les restrictions gouvernementales, et en Inde à partir des années 1950. Il est de plus en plus pratiqué au Moyen-Orient (Turquie, Arabie Saoudite, Afghanistan...). Au XXIe siècle (entre 2000 et 2100), il est surtout présent en Thaïlande, en Birmanie, au Sri Lanka, au Népal et au Japon.

 

Bouddhisme zen 

Le zen est une branche japonaise du bouddhisme mahāyāna. Elle met l'accent sur la méditation (dhyāna) dans la posture assise dite de zazen.

 

Méditation 

Le terme méditation (du latin meditatio) désigne une pratique mentale qui consiste généralement en une attention portée sur un certain objet, au niveau de la pensée (méditer un principe philosophique par exemple, dans le but d'en approfondir le sens), des émotions, du corps. Dans une approche spirituelle, elle peut être un exercice, voire une voie de réalisation du Soi et d'éveil.

Laisser un commentaire